Le Karaté

Le karaté (空手道, karate-dō) est un art martial dit japonais.karatedo
Cependant, l'origine est okinawaïenne (l'île principale de l'archipel des Ryūkyū), qui a longtemps constitué un royaume indépendant du Japon, au Sud de l'île de Kyūshū.

Étymologie
En japonais, le kanji kara (空) signifie le vide, plus précisément la vacuité au sens bouddhique du terme, te (手) est la main et, par extension, la technique avec laquelle on la réalise, dō (道) signifiant la voie ou le chemin, karate-dō (空手道) peut être traduit par « la voie de la main vide » et/ou « la voie de la main et du vide », compris dans le sens « la voie de la vacuité (au sens bouddhique/Zen), réalisée par la main (les techniques) » et/ou dans le sens « la voie des techniques sans armes (dans la main) ». Les différentes interprétations ne s'excluant par mutuellement.

À l'origine, karaté était écrit avec les kanjis 唐手 (tō-de : la main de Chine).
En 1935, en raison de la montée du nationalisme japonais, et aussi surtout à cause de l'antagonisme sino-japonais, et pour faciliter la reconnaissance et la diffusion du karaté, Gichin Funakoshi a remplacé ces kanjis, pour gommer l'origine chinoise, sacrifiant ainsi à l'usage japonais du moment (remplacement par des kanjis de prononciation équivalente, d'origine japonaise).

Présentation générale
Le karaté est une discipline dont les techniques visent à attaquer (atemi 当て身) ou à se défendre (uke 受け) au moyen des différentes parties du corps : pointes des doigts (nukite), mains ouvertes (shuto) et fermées (tsuki), avant-bras (ude), pieds (geri), coudes (enpi), genoux (hiza), ...

Pour acquérir la maîtrise de ces techniques en combat, l'enseignement comporte trois domaines d'étude complémentaires : le kihon (基本), les kata (型 ou 形) et le kumite (組手).

 

  • Le kihon (qui signifie technique de base ou fondamentale) consiste à répéter individuellement et la plupart du temps en groupe des techniques, positions et déplacements. Pratiqué avec un partenaire de façon codifiée, on parle alors de kihon-kumite.
  • Le kata (qui signifie forme ou moule) est un enchaînement codifié et structuré de techniques, représentant un combat réel contre plusieurs assaillants virtuels quasi simultanés, ayant pour but la formation du corps, l'acquisition d'automatismes ainsi que la transmission de techniques secrètes. Le kata dépasse l'aspect purement technique en permettant au pratiquant, après de nombreuses répétitions, de tendre vers la perfection des mouvements.
  • Le dernier domaine est le kumite ou combat. Littéralement cela signifie grouper les mains ou rencontre de mains, c'est-à-dire travailler en groupe et non plus tout seul. Cette notion de kumite peut prendre de multiples formes en karaté de la plus codifiée à la plus libre. Le combat peut être prédéfini (kihon-kumite), fixé à un nombre d'attaques précis (ippon kumite pour une attaque sur un pas, sanbon kumite pour trois attaques sur un, deux ou trois pas, gohon kumite pour cinq attaques sur plusieurs pas, ...), dit souple (jū kumite), sans contact (kunde kumite) ou libre (jiyū kumite).

Un dernier domaine et non des moindres à étudier le bunkai (分解) est un terme japonais signifiant analyser, décomposer. Au karaté, il se réfère à l'interprétation d'un kata.

Si l'on compare un budo à un langage, alors les kihon sont le vocabulaire de base, les kata sont des phrases toutes faites et les applications (bunkai et entraînements à deux type kumite) sont des mises en pratiques dans le langage courant.

De certains mouvements du kata, on peut déduire ou suggérer des enchaînements qui peuvent être appliqués dans des situations concrètes. Les bunkai coulent parfois de source ou sont parfois assez éloignés des techniques proprement dites produites dans le kata. Ceci implique que le karateka (pratiquant du karaté) devra apprendre sans relâche la technique du kata en lui-même mais aussi ressentir les mouvements, les enchaînements, les transitions afin de développer, avec l'aide de son sensei (professeur) au début, puis par lui-même, des bunkai simples puis de plus en plus complexes.

Il ne faut pas oublier que les techniques exécutées dans le kata ont évolué dans le temps et ont parfois été adaptées ou déformées. À ces changements se superposent les influences des sensei ayant enseigné (et donc appris) ceux-ci ainsi que le fait historique que le karaté fut longtemps interdit et que les techniques d'entraînement comme le kata devaient suggérer certaines attaques et non les démontrer ouvertement. Enfin certains changements se veulent apporter une signification symbolique ou harmonieuse au kata : nombre total de mouvements, répétition de mouvements (souvent 3 fois) ; ou encore apporter une certaine symétrie pour développer les membres gauches et droits. Dès lors, les bunkai sont l'unique manière de tenter de saisir le sens d'origine du kata. Ce « sens » est d'ailleurs souvent l'origine d'âpres discussions.

Les bunkai permettent au pratiquant d'apprendre à ajuster sa distance, son rythme ou encore à s'habituer à combattre des personnes de taille différente.

On pratique même le kumite-kata pour renforcer les bunkai et l'entraînement des techniques correctes partant du principe que si les techniques ne sont pas effectuées correctement dans le kata, elles ne seront pas efficaces en combat.